Accueil arrow Histoire
Histoire

On peut déjà situer l'Akita à l'age de bronze (IIIeme siècle av J.C au IIIeme siècle ap J.C) grâce à la représentation sur des dotaku, sorte de cloches japonaises sans battant; de chiens aux oreilles dressées et à la queue enroulée.

Les origines de l'Akita remontent aux débuts de l'ère Edo (1603-1867). La famille Tokugawa est à l'origine même des Akita : Ces chiens étaient destinés non seulement à la garde des biens et des maîtres mais également à la chasse.
Dés cette époque, apparaissent deux lignées de chien Akita : La première employée pour la chasse dans les villages de montagne (connue également sous le nom de "Matagi-Inu), la seconde réservée à la garde de grandes propriétés des nobles et de l'entourage du Shogun.

  ImageImage

 

Au début de l'ère suivante, l'ère Meiji (1868-1912), commença la mutation de l'Akita conduisant pratiquement la race à la disparition. En effet de chien de garde et de chasse, il devint chien de combat. Il fallut attendre 1910 et la mise hors la loi de tous les combats d'animaux pour voir renaître un semblant d'espoir concernant la race Akita.

L'ère Taisho (1913-1926) allait voir la renaissance de la race malgré l'établissement impôts sur les chiens (1911) et une épidémie de rage (1912-1926) faillirent détruire définitivement la race. C'est alors que le docteur Watase jeta, en 1922, un cri d'alarme : L'Akita, race ancestrale, était en train de disparaître. Sous sa direction, des éleveurs procédèrent à des croisements et allèrent chercher, dans les montagnes reculées, des géniteurs exempts de tout croisement du fait de leur isolement.

L'ère Showa (1926-1983) est celle de la fixation de la race. Cela commença par la création du "groupe de protection de l'Akita-Ken" par M.Uzumi, maire d'Odate en 1927, et se poursuivit en 1931 quand la race Akita fut déclaré "Trésor National" (Juillet 1931).Le docteur Watase choisit alors cinq géniteurs, issus des recherches des éleveurs, pour relancer dans sa pureté la race Akita-Inu. Le nom AKITA-INU fut "défini" en Septembre 1931, on parlait avant de Chien d'Odate. 

La seconde guerre mondiale eut un effet désastreux sur toute les races de chiens, mais pour l'Akita ce fut encore pire. Les efforts entrepris depuis de nombreuses années furent anéantis. C'est à Odate, ville proche d'Akita, que va renaître ce que l'on peut appeler l'Akita moderne. Deux éleveurs d'Odate furent choisis et donnèrent naissance à deux lignées (Ichinoseki-goma et Dewa).
Ichinoseki baptisa la lignée Ichinoseki-goma en raison de sa couleur brune, pain brûlé, sésame (goma) et Ito baptisa la sienne Dewa, ceux-ci étaient grands, avec une ossature moyenne et un corps plutôt allongé. Les couleurs étaient le bringé ou noir avec des marques blanches. L'Ichinoseki était, quand à lui, plus court, plus compact avec une ossature plus lourde de couleur brune, sésame blanche ou rouge. On croisa donc les chiens de type Ichinoseki avec ceux du type Dewa. Ceci permit d'observer qu'au cours des génération successives  le caractère de la lignée Ichinoseki se transmettait intact alors qu'à l'inverse la lignée Dewa semblait plus disparate. Un mâle Dewa  et une femelle Ichinoseki donneront, quatre générations plus tard, le fameux Kongo, considéré encore comme le standard même. On peut  aussi considérer après Kongo la lignée Dewa disparaît. Certes les Akita actuels sont tous issus des croisements entre les deux lignées  mais l'influence des Dewa a pratiquement disparu alors que les Ichinoseki, entre autres à cause de trois grands géniteurs Goromaru ( 五郎丸 ), Unjyo  et Tamagumo, sont très présents. C'est à cette période que les Américains firent connaissance avec la race et ramenèrent, au USA, des spécimens.

  Image

amagumo

 

  DEWA

 Image

Kongo-go 1950 (© Britt Nyberg)

 Image

Kincho 1953  (© Britt Nyberg)

  ICHINOSEKI

 Image

 Goromaru 1950Britt Nyberg)

 Image

 Kiyohime (fille de Goromaru)Britt Nyberg)

 


De 1950 à 1970, l'Akita aura tendance à grandir, voir alourdir. C'est ainsi qu'en 1965, les Japonais s'apercevront que la substance même du caractère, tant physique que psychique de l'Akita, s'exprimait mieux à travers des gabarits plus fins. Il y avait d'autant plus urgence que la souche américaine commençait à arriver avec des individus lourds et disgracieux.

En France, le premier Akita connu est Kibi, arrivé quasi clandestinement dans les années 1970. L'élevage français date en fait du 15 janvier 1980, importation par M.Feist d'une femelle en provenance d'Italie.

Il existe un Akita Américain (renommé Grand Chien Japonais) facilement reconnaissable avec son "masque noir". Helen Keller importa dés 1939 un spécimen (mort très vite) et quelques mois plus tard un mâle nommé Kensan Go, il semble cependant que ce chien n'était ni de la lignée Ichinoseki-goma ni de celle de Dewa...

Itaky, mon premier Akita, était un "croisement" d'Akita Japonais et d'Akita Américain.

 

Source : "L'Akita Inu" de Bernard Lebourg. Edition de Vecchi


Dernière mise à jour : ( 02-12-2006 )